De la construction de l’Etat au racisme: judéophobie et antisémitisme en Roumanie avant la Grande Guerre

[This article is part of the  Open Peer Review-Publication series “Nineteenth-Century Anti-Semitism in International Perspective”]

von Silvia Marton

<1>
Le point de départ de cette analyse est l’adoption de l’article 7 de la Constitution qui exclut les non-chrétiens des droits politiques dans un jeune Etat en plein processus de construction, qui a atteint une certaine autonomie par rapport à l’Empire ottoman et qui a une constitution autochtone pour la première fois en 1866[1]. La question juive avant le Congrès de Berlin de 1878[2] a suscité moins de travaux historiques que l’antisémitisme de l’après 1878 ou encore l’antisémitisme des années 1920-30 et le rôle des intellectuels dans les mouvements d’extrême droite. Alors que l’inimitié contre les juifs connaît des formes discursives variées et elle se retrouve dans des mesures législatives discriminatoires au moins depuis le début du XIXe siècle[3], sans parler de la longue histoire de ce ressentiment dans l’imaginaire populaire[4].

<2>
Ce n’est pas seulement cet élément de permanence qui fait du cas roumain un cas intéressant bien avant les années 1920. Le fait que l’aversion à l’endroit des juifs se soit développée même dans l’absence de l’émancipation des Juifs, et précisément pour empêcher leur émancipation, en est un autre. Bien plus, on ne peut pas comprendre le discours sur l’identité nationale roumaine, dont les éléments fondamentaux sont posés pendant la seconde moitié du XIXe siècle, sans la question juive. Et, surtout, la nature consensuelle de l’antisémitisme roumain est le trait spécifique qui le différencie de ses homologues (est)européens.

<3>
On montrera, d’abord, que la période de 1866 à 1878 met les bases de la politique étatique de discrimination bureaucratique contre les juifs. La question juive est, dès 1866, non pas le travail des démagogues ou des agitateurs politiques, mais une politique d’Etat et des élites politiques dont l’objectif est de démontrer qu’il existe un Etat avec ses capacités régaliennes, basé sur une identité nationale homogène. Pendant la décennie d’avant le Congrès de Berlin, la judéophobie ancienne et latente est remise à jour par une politique d’Etat au nom de la modernité, sur un fond non dissimulé de discrimination contre les juifs. Par cela même elle se transforme dans une affaire de l’Etat et elle relève du langage juridique et de la bureaucratie.

<4>
Comme l’élément explicatif le plus important de l’aversion contre les juifs en Roumanie est son rôle dans la définition identitaire, la seconde partie de cette contribution examinera les éléments de continuité et de rupture de 1878 à la veille de la Grande Guerre, par rapport à la décennie antérieure, dans ce qu’il convient dorénavant d’appeler antisémitisme. Et troisièmement, cette étude entend montrer la présence, souvent latente et implicite, du mépris chrétien contre les juifs dans le discours politique et intellectuel et dans les mesures antijuives pendant toute la période qui va de 1866 à 1914, même lorsque les protagonistes s’en défendent explicitement et se définissent, sur d’autres questions, comme les adeptes de la modernité sécularisée.

A) La question juive comme instrument pour consolider l’Etat et ses capacités d’action et pour créer une nation homogène: 1866-1878

<5>
Suite à de vifs débats à l’Assemblée constituante de 1866, l’article 7 de la Constitution exclut les non-chrétiens des droits politiques[5]. Leur exclusion des droits politiques par leur exclusion de la naturalisation limite également leurs droits civils. Si jusqu’en juin 1866, le problème juif est latent[6], l’agitation publique provoquée par les débats constitutionnels est l’épisode violent fondateur[7] de la question juive (selon l’expression des contemporains, chestiunea evreiască). Suite aux protestations de l’Alliance israélite universelle auprès du gouvernement roumain pendant les débats dans la Constituante, la situation des juifs en Roumanie devient vite un problème européen. Dorénavant, les objectifs nationaux fondamentaux et la reconnaissance internationale dépendent de l’émancipation des juifs[8].

<6>
Le statut juridique des juifs (notamment des juifs de l’immigration récente) est au cœur de la question juive. Après le vote de l’article 7, les juifs nés sur le territoire de la Roumanie ne peuvent pas être émancipés et les juifs immigrés ne peuvent pas être naturalisés. Ils restent des étrangers sans être les ressortissants d’un autre Etat ou bien ils bénéficient de la protection d’un Etat voisin (supus străin)[9]. Ce statut exaspère la classe politique roumaine puisqu’elle y voit l’occasion pour des intrusions, vues comme contraires aux intérêts de la nation roumaine, des grands voisins dans les affaires internes de l’Etat roumain pour limiter son autonomie: les protecteurs des juifs deviennent ainsi les ennemis de la nation et de l’Etat[10].

<7>
L’étude des archives parlementaires et du ministère de l’Intérieur, des réglementations gouvernementales et administratives, de la législation, des interpellations et des délibérations parlementaires sur les discriminations et la violence contre les juifs pendant les décennies 1860-1870 confirment que la question juive en Roumanie se trouve dans ce que Steven Englund appelle la »zone intermédiaire«, c’est-à-dire entre l’imaginaire spécifique de l’antijudaïsme et la politique moderne nationale et mobilisatrice (spécifique à l’antisémitisme)[11]. Ce sont les membres de la famille libérale (notamment les libéraux radicaux et la fraction libérale indépendante de Iaşi) qui défendent la législation et le discours antijuif et nationaliste et qui cherchent des mesures administratives et législatives pour expulser les juifs sous prétexte de »vagabondage«, pour restreindre leurs droits civils (notamment le droit de détenir des terres) et pour limiter leurs activités économiques (surtout dans les milieux ruraux), des mesures qui sont récurrentes au moins jusqu’en 1914[12]. On y perçoit la volonté de séparer les Roumains (chrétiens) et les juifs sur des critères socio-professionnels. C’est également une période de violences antijuives (qui continuent d’ailleurs dans les villes comme à la campagne jusqu’à la Grande Guerre et bien au-delà)[13]. Ces libéraux se disent modernes et progressistes en ce qu’ils rejettent les accusations de pogrom et de violence sur des bases religieuses, et ils défendent l’idée qu’ils entendent protéger à tout prix l’économie et la nation roumaines[14].

<8>
Comment donc comprendre la question juive dans cette alliance entre modernité et judéophobie traditionnelle, dans un pays agraire où les juifs, perçus comme très visibles, représentent néanmoins un pourcentage réduit de la population[15]?

<9>
Les hommes politiques et surtout les libéraux essaient de traduire leur crainte et celle de leurs contemporains devant l’afflux récent des juifs, lorsqu’ils justifient les mesures prises comme autant de moyens pour protéger les Roumains devant la menace juive de »dénationalisation«, c’est-à-dire devant la mise en péril de certains droits et privilèges qu’ils considèrent comme appartenant exclusivement aux Roumains. Ce protectionnisme ethnique est l’expression de leur crainte devant la concurrence économique et sociale des juifs récemment arrivés sur le territoire, en ce qu’ils occupent – de manière illégitime, précisent les libéraux – la place qui, selon eux, devrait être assignée à la bourgeoisie nationale. Les ministres de l’Intérieur justifient les discriminations économiques comme étant adressées à tous les étrangers vagabonds, pas seulement aux juifs, afin d’arrêter l’immigration indésirable. Cet antijudaïsme économique et social fort inclut l’aversion traditionnelle contre les juifs basée sur le préjugé religieux lorsqu’il traduit la perception douloureuse (aux yeux surtout des libéraux) des clivages sociaux et économiques entre les roumains et les juifs, qu’ils conceptualisent comme un enjeu national. Les juifs entraîneront la nation roumaine vers »son annihilation et sa décomposition« est une expression qui apparaît fréquemment. A cet égard, le discours politique n’est pas original, il ne fait que reprendre des arguments présents dans le vocabulaire de l’intelligentsia de l’époque. Par conséquent, comme en Russie, le gouvernement roumain tente de prendre des mesures explicites afin d’isoler les juifs de tout contact avec des sections de la société roumaine considérées comme trop faibles pour résister à leurs ravages présumés, et afin de limiter les activités économiques des juifs[16].

<10>
L’antijudaïsme traditionnel resurgit également lorsque les libéraux se présentent comme modernes au nom de la »conservation nationale«. Comme l’article 7 de la Constitution est la cause principale des pressions étrangères sur le gouvernement, les arguments antijuifs se renforcent par le rejet de l’interférence des grandes puissances dans les affaires internes de l’Etat roumain. C’est d’ailleurs la grande différence par rapport au discours antijuif de la période d’avant 1866: les hommes politiques sont préoccupés avant tout par le respect de l’autonomie politique interne du si jeune Etat au nom de ce qu’ils appellent le »droit national«, une expression de la phobie de l’intervention étrangère. La question juive est une question strictement de droit public et d’administration interne, et sa transformation en un thème des rapports avec d’autres Etats n’est pas légitime, crient haut et fort les libéraux[17]. Au nom du »droit national«, qui, malgré son nom, est un espace non juridique et relève de la roumanité et du caractère chrétien de la nation roumaine, les juifs doivent être exclus des droits. Au nom de ce supposé droit, les libéraux justifient ce qu’ils considèrent être le refus traditionnel d’accorder la naturalisation et les droits politiques aux non chrétiens, étant donné, selon l’expression du libéral I. Codrescu, »le caractère éminemment national et chrétien du peuple roumain«, condition primordiale depuis toujours, dit-il, pour l’existence de l’Etat roumain.

<11>
Les libéraux affirment que les droits et l’existence étatique sont conditionnés par l’appartenance à un groupe ethnique et culturel dominant, c’est-à-dire à la roumanité chrétienne. Les étrangers, parce qu’étrangers et différents, ne peuvent avoir accès à la sphère des droits à cause de l’impératif suprême, la conservation de la nation, de laquelle dépend l’existence étatique. Le principe fondamental de la modernité politique, à savoir la souveraineté nationale, est d’ailleurs compris comme souveraineté du groupe ethnoculturel, les Roumains. La conséquence logique en est que les juifs[18] ne peuvent recevoir des droits politiques, puisque dans certaines circonscriptions ils pourraient devenir électeurs (même sous le système du vote censitaire) et envoyer ainsi des citoyens juifs dans le parlement national, censé représenter uniquement le groupe dominant.

<12>
Les libéraux n’hésitent pas à exprimer leur mépris des juifs et à être xénophobes au nom de leur souhait d’avoir une nation roumaine homogène du point de vue ethnoculturel, ce qui leur semble le modèle le plus désirable de communauté du point de vue à la fois normatif et politique. Au nom de l’homogénéité, ils ont des difficultés à concevoir le pluralisme politique et social[19]. Ils ne défendent pas une conception individualiste de la citoyenneté, ils rejettent le pluralisme[20].

<13>
Tous les hommes politiques, quelle que soit leur orientation politique, sont d’accord que prioritaire est la défense de »l’intérêt national«, au nom duquel une législation restrictive est nécessaire, en évitant en même temps les critiques des puissances européennes. A partir de ce point, cependant, les clivages politiques se manifestent: tous les libéraux sont favorables à une législation économique et sociale discriminatoire à l’égard des étrangers et particulièrement des juifs, tandis que certains conservateurs[21] envisagent la concurrence économique des juifs comme un élément bénéfique. Ce qui les réunit néanmoins, c’est la manière dont ils conçoivent tous le rôle de l’Etat unitaire et ils définissent la nation moderne comme homogène, d’où leur souhait de protéger la nationalité des autochtones chrétiens confrontés aux autres et surtout à l’altérité juive. C’est à l’Etat qu’ils donnent ce rôle d’agent créateur de la nation par des politiques d’homogénéisation.

<14>
Pour empêcher l’installation permanente d’immigrés ethniquement et religieusement indésirables, il est fondamental aux yeux des libéraux de continuer d’empêcher leur naturalisation. Leur présupposé ethno-national fait qu’il leur est impossible d’envisager l’attribution de la nationalité au titre du jus soli (même dans le cas des juifs nés sur le territoire). On trouve le même rejet du jus soli, la même politique restrictive de naturalisation et le même souci de préserver la nationalité ethnique à la fin du XIXe siècle en Prusse orientale devant ce qui est perçu comme l’immigration d’»éléments indésirables«, les Polonais et les juifs (»indésirables« en termes ethnoculturels). Les mêmes arguments sont formulés par le gouvernement prussien que par celui roumain: pour justifier le caractère très restrictif de la naturalisation, il repousse les accusations d’antisémitisme et de persécutions religieuses, et il évoque des raisons nationales devant l’immigration massive pour »la conservation de la nationalité« allemande[22].

<15>
Puisque l’Alliance israélite universelle et les gouvernements européens accusent la Roumanie de permettre des pogroms et la discrimination religieuse contre les juifs, comme dans le passé médiéval si honni, les gouvernements roumains persistent à refuser de présenter la question juive sous un aspect religieux. Justement à cause de ces accusations, ils répondent par le contraire et expriment une puissante xénophobie (contre tous les étrangers, en fait) et une frustration économique et ethnique – expressions du nationalisme au sens le plus moderne qui entend protéger le groupe ethnoculturel dominant (souhaité comme homogène) devant les juifs rivaux. Les libéraux n’acceptent pas les accusations de judéophobie, ne voulant pas être perçus comme illibéraux ou médiévaux.

<16>
Les ministres et les parlementaires veulent démontrer d’une manière obsessive que l’Etat roumain est souverain à l’intérieur, qu’il est capable d’assurer l’ordre et la stabilité internes et de protéger sa nation-ethnie contre les immigrants récents indésirables et contre les accusations des grandes puissances. Ce qui ne les empêche pas de s’appuyer sur les idées traditionnelles de la judéophobie pour décrire la différence spécifique entre les juifs et les Roumains. Mais l’Etat roumain n’a pas un intérêt religieux explicite et il ne cherche pas l’uniformisation religieuse. Il cherche avant tout à accomplir l’homogénéité ethnique et culturelle. L’Etat-nation est vu comme le meilleur modèle de communauté politique, dans une logique continuelle de nationalisation. La construction de l’Etat-nation exerce une pression extraordinaire sur les représentants afin d’atteindre l’homogénéité souhaitée. C’est la raison déterminante qui permet au discours antisémite et xénophobe de devenir le discours hégémonique surtout après la révision constitutionnelle de 1879.

<17>
Il y a une certaine réticence des chercheurs à mettre en avant la judéophobie dans cette aversion contre les juifs. Par conséquent, on a tendance à prendre au pied de la lettre la négation des contemporains concernant l’absence de l’intolérance religieuse. Mais incontestablement, les débats protectionnistes et nationalistes jouent un rôle dans la réactivation, la production et la légitimation de la judéophobie. Il est tout aussi vrai que la rhétorique contre les autres ‘non-Roumains’ est assez similaire à celle contre les juifs. Puisque l’enjeu est à la fois la formation de la nation et l’hostilité contre les juifs. De 1866 à 1918, les élites utilisent la citoyenneté roumaine comme un instrument efficace de clôture sociale afin de créer l’intégration nationale, de maîtriser le changement social et de réduire la concurrence pour les ressources de la part des élites économiques rivales[23]. Les juifs restent néanmoins une catégorie particulière d’étrangers à cause de leur différence de religion. Cette différence est implicite même lorsque des préfets ou des parlementaires soulignent que la plupart des juifs de l’immigration récente ne constitue pas tant une communauté religieuse, mais une nationalité ayant »sa propre langue, ses propres habits, ses propres mœurs«.

<18>
L’inimitié contre les juifs, si elle a un rôle intégrateur comme instrument pour gouverner, n’est pas encore une idéologie de mobilisation. Elle le devient vers la fin du siècle. De 1866 à 1878, les libéraux surtout voudraient voir se réaliser l’unité sociale dans le pays pour consolider ainsi leur hégémonie (désirée) politique et sociale. Ce souhait n’est pas sans similarité avec la stratégie des libéraux de l’Empire autrichien à la même époque: le discours nationaliste leur permet de passer de la politique libérale élitiste traditionnelle à une forme contrôlée de politique de masse sous leur surveillance attentive[24]. Comme les libéraux autrichiens, les libéraux roumains justifient leur prétention à gouverner en se décrivant eux-mêmes et les groupes sociaux qu’ils représentent comme l’avant-garde du progrès économique, social et politique[25].

<19>
Dans une période caractérisée par une participation politique réduite, le discours antijuif et xénophobe ne se propose pas de former un mouvement, mais il est un moyen pour les hommes politiques (avant tout pour les libéraux) et l’intelligentsia de formuler leur philosophie de l’Etat et de l’identité nationale roumaine. Leur discours antijuif et nationaliste est à la fois une rhétorique pour défendre leurs intérêts en tant qu’élite dirigeante, l’expression sincère de leurs convictions et, surtout un exercice pour définir leur vision de l’Etat et de l’intégration sociale et nationale. Ce discours s’appuie sur la judéophobie traditionnelle et l’instrumentalise plus ou moins consciemment. Le cas roumain confirme la présence, le plus souvent inconsciente ou implicite, du mépris religieux (chrétien) contre les juifs dans l’imaginaire social plus large[26].

<20>
Ce discours antijuif sert donc à la formulation du nationalisme comme un moyen moderne de comprendre ce qui lie une communauté politique. L’enjeu est moins la haine religieuse en soi, que le nationalisme officiel, c’est-à-dire la construction de la nation homogène par le mépris contre les juifs. Les hommes politiques sont convaincus d’être modernes parce qu’ils sont si désireux de démontrer qu’il existe une capacité étatique (au sens wébérien). Mais les juifs sont là pour freiner la modernisation tant souhaitée. Le sentiment antijuif est inclus dans le discours nationaliste roumain, comme une variante moderne de xénophobie dirigée par l’Etat. Il est donc à la fois prétexte pour l’action et conviction. On n’affirme pas que, avant 1878, l’hostilité à l’endroit des juifs, avec ses éléments modernes et instrumentalisée par le discours officiel de l’Etat, soit une nouveauté radicale: elle s’accommode des idées anciennes de l’antijudaïsme le plus traditionnel. Mais dans sa forme de manifestation, cette adversité est indéniablement moderne puisqu’elle doit être encadrée dans la mobilité sociale de la seconde moitié du XIXe siècle, dans la manière différente de faire la politique, dans la progression des modalités de contrôle étatique de la population et du territoire et dans une logique que l’on peut d’ores et déjà appeler bureaucratique. C’est-à-dire que des moyens institutionnels et légaux sont utilisés contre les juifs pour restreindre leurs occupations et leurs activités et empêcher leur naturalisation. Dès 1867, on assiste à des interprétations (par les ministres ou les préfets) des prévisions légales en vigueur qui, ne s’adressant pas explicitement à un groupe ethnique ou religieux, permettent, de facto, des mesures contre les juifs (surtout pendant les gouvernements dirigés par les libéraux): notamment les mesures pour »la lutte contre le vagabondage rural« et pour limiter les activités économiques des juifs. Par un effet de retour, le sentiment antijuif s’exacerbe parce que les libéraux surtout perçoivent l’incapacité de l’Etat de contrôler sa population. Bien plus, ils expliquent l’impuissance de l’Etat en blâmant les juifs, la figure ancienne et si familière du coupable. Le sentiment antijuif est ainsi un instrument pour consolider l’Etat et ses capacités d’action.

<21>
La conviction des hommes politiques et celle d’une grande partie de l’intelligentsia de l’époque est qu’il y a une supériorité ethnique évidente des Roumains par rapport aux juifs, parce qu’ils sont les adeptes de l’émancipation nationale des Roumains. La priorité du moment est à la fois l’aménagement de l’Etat et de son dispositif institutionnel et la définition de la nation-ethnie. Dans cette logique, la judéophobie et le nationalisme leur sert de plate-forme pour créer le consensus national et la cohésion sociale. La mobilité sociale liée à la modernisation de la Roumanie ne déclenche pas des conflits de classe, mais l’inimitié contre les juifs et le nationalisme qui traversent toutes les catégories sociales, sans distinctions, comme une force d’union. Les tensions sociales sont camouflées par le discours antijuif grandiloquent qui souligne les intérêts communs contre un ennemi et qui souhaite avec ardeur consolider l’Etat et la nation. C’est la nature consensuelle de l’adversité contre les juifs en Roumanie au XIXe siècle, à l’opposé d’autres antisémitismes de la même période qui sont conflictuels. Cette caractéristique devient encore plus visible après 1878.

B) L’antisémitisme qua nationalisme: 1878-1919

<22>
Avant 1878, l’hostilité contre les juifs et la xénophobie mettent en évidence les tensions politiques et sociales entre les juifs et les Roumains et elles révèlent aussi le processus de construction difficile de l’Etat et de la nation de la Roumanie récemment formée. Elles montrent également les limites du libéralisme roumain et sa volonté de définir à tout prix la nation comme homogène.

<23>
Pendant la seconde période – de la paix de San Stefano et le Congrès de Berlin de 1877-1878 qui conditionnent l’obtention de l’indépendance de la Roumanie par l’octroi de la citoyenneté et des droits politiques aux juifs en modifiant l’article 7 de la Constitution de 1866, jusqu’à 1919, lorsque la Roumanie est de nouveau contrainte par les grandes puissances de signer un traité, le Traité sur les minorités – l’inimitié contre les juifs s’appuie fortement sur la première période, il y a un continuum et un développement en même temps. Un développement dans le sens où l’on peut maintenant parler d’une idéologie cohérente[27]. L’adversité contre les juifs veut explicitement mobiliser et elle forme ses arguments sur la base d’une vision sur le monde et sur l’identité nationale chrétienne.

<24>
La difficulté d’utiliser le mot antisémitisme dans la recherche n’entre pas dans la sphère de cette étude. On fait le choix pour un encrage historique du mot pour le cas roumain[28]. S’il est absent avant 1878, il pénètre progressivement dans le vocabulaire, à tel point qu’en 1895, année de la constitution de la Ligue antisémitique, sa signification est évidente en soi. Cet usage est à la fois le signe d’une connotation autochtone – l’adversité contre les juifs consubstantielle à la définition identitaire et au nationalisme d’Etat – et de la volonté de participer au mouvement antisémite occidental plus large de la fin du XIXe siècle. On l’a vu, la question juive est déjà imbue d’antijudaïsme[29]. Le clivage entre le langage commun (plus clairement judéophobe) et le discours des élites (plus clairement nationaliste et xénophobe, se présentant comme moderne) n’en est pas un[30].

<25>
Cette analyse suit celle de William Oldson[31] lorsqu’elle soutient elle aussi que la date charnière est le Congrès de Berlin. Les hommes politiques de toutes les sensibilités, mais surtout les libéraux, cherchent à tout prix à résister aux pressions des grandes puissances qui conditionnent la reconnaissance de l’indépendance de la Roumanie par l’émancipation des juifs[32]. Ce sont ces pressions pour éliminer la discrimination contre les juifs qui créent un fort ressentiment antisémite et qui élèvent l’antisémitisme au rang de politique de l’Etat et à une question de fierté et de défense nationale. L’égalité juridique entre Roumains et juifs, imposée par les grandes puissances et non souhaitée par les élites roumaines, parachève le nationalisme d’Etat[33] et fait que tous les nationalistes roumains sont des antisémites[34]. La lutte obsessionnelle pour la reconnaissance de l’indépendance, le protectionnisme ethnique et l’auto-défense de l’orgueil national, perçu comme trop souvent blessé, contre les puissances étrangères et leurs pressions, nourrissent cet antisémitisme.

<26>
Si avant 1878, il s’agit d’un discours judéophobe fondé sur le préjudice économique et religieux à l’encontre des juifs et des mesures discriminatoires au nom de la modernité, à partir de 1878, le nationalisme antisémite, plus cohérent et plus doctrinaire, intègre le ressentiment contre les juifs dans la nature même d’être un Roumain et dans la définition de l’identité nationale[35]. Ce mépris mobilise toute la classe politique, les intellectuels et l’église, étant donné que tous cherchent désespérément à créer un Etat et à le consolider sur de solides bases identitaires. Il n’y a pas des mouvements contre l’Etat et ses politiques centralisatrices et il n’y a pas des tensions liées à la sécularisation. Le caractère unitaire et homogène de la nation roumaine reste l’obsession répandue de toutes les élites.

<27>
C’est ce qui explique l’opposition du parlement à la révision constitutionnelle et la révision de complaisance, après des débats houleux opposés à l’émancipation. Les arguments des parlementaires de 1879[36] sont identiques aux arguments des constituants de 1866. L’égalité religieuse pour l’accès aux droits civils et politiques est contrebalancée par une série de conditions bureaucratiques – difficiles à réunir – pour l’obtention de la naturalisation (individuelle[37]), et par une distinction de qualité entre »nos Juifs« (les Juifs sépharades moins nombreux et vus comme autochtones, plus éduqués et disposés à l’assimilation), et les Juifs hassidiques vus comme étrangers car arrivés plus récemment en Roumanie, inférieurs, pauvres, »Polonais« et non intégrés. Que des personnes non chrétiennes, habitant en Roumanie et sans être les ressortissants d’un autre Etat, doivent suivre la même procédure de naturalisation individuelle comme tout étranger, continue de provoquer la critique des grandes puissances bien après 1879.

<28>
Si l’on regarde les chiffres, la stratégie de limitation de l’intégration des juifs par des procédures bureaucratiques de naturalisation, la distinction de qualité à l’appui qui permet aux hommes politiques de ne pas paraître ouvertement discriminateurs, semble avoir porté les fruits escomptés. Si l’opposition est radicale à l’émancipation en bloc des juifs (à l’exception des juifs ayant combattu pendant la guerre d’indépendance de 1877), les naturalisations individuelles, via la procédure parlementaire difficile, sont très peu nombreuses après 1879[38]. Les conditions économiques précaires et cette »persécution légale« font qu’environ 52 000 juifs quittent le pays de 1899 à 1907[39]. Néanmoins, à la même époque, il existe une intellectualité juive moderne, spécialisée, laïque et intégrée dans l’espace culturel, tandis que de nombreux juifs occupent des professions d’élite dans l’économie et les finances[40].

<29>
Après la révision de l’article 7, la négation quasi-obsessionnelle de l’existence d’une question juive s’explique par le fait que cette expression veut dire, selon les contemporains, que l’on continue à faire la différence entre les étrangers sur des critères religieux. Or, comme les juifs ont le même statut légal que tous les autres étrangers et ne constituent plus un cas spécial, il n’y a plus de question juive, il ne reste que deux catégories, les Roumains et les étrangers (chrétiens et non chrétiens) – c’est l’opinion commune des nationalistes comme des modérés. Ils accusent tous que les ennemis de la nation roumaine perpétuent la question juive par leurs calomnies, alors qu’en Roumanie il n’y a jamais eu des persécutions religieuses. Les ennemis des Roumains et les amis des juifs veulent précisément créer une question juive, poursuivent-ils, c’est-à-dire créer un régime distinct pour les juifs. Ces ennemis poussent la Roumanie à réintroduire la différence religieuse, cette fois-ci contre les chrétiens et en faveur des juifs, alors que tous les étrangers ont été assimilés aux juifs afin d’effacer toute différence de croyances religieuses entre les étrangers. C’est aussi la logique de ceux qui rejettent la naturalisation en bloc d’un groupe ethnique ou religieux.

<30>
C’est dans ce sens également qu’il faut comprendre l’une des dénonciations les plus paradoxales de la révision de 1879: puisque la Roumanie a été forcée par les grandes puissances d’assimiler tous les étrangers aux juifs et qu’elle n’a pas pu assimiler les juifs aux étrangers chrétiens, la conséquence en est que le nombre des étrangers a augmenté et ainsi l’homogénéité nationale tant souhaitée n’est pas encore possible. Bien plus, on arrive à favoriser les juifs, ce qui est inacceptable pour tous les nationalistes. La Loi des métiers de 1902, par exemple, prévoit que, pour être admis à l’exercice des métiers énumérés pas la loi, les étrangers doivent prouver qu’il existe dans leur pays un droit de réciprocité pour les Roumains. Mais comme les juifs non naturalisés vivant sur le territoire roumain dépendent de l’Etat roumain et ne sont pas des étrangers dans le sens défini par cette loi (ressortissants d’un autre Etat), ils peuvent de jure exercer tous les métiers. Alors que les étrangers »assimilables« – adjectif que l’on doit lire comme un euphémisme pour les chrétiens – sont tenus de respecter la loi et ainsi leur accès à l’exercice de certains métiers demeure difficile.

<31>
La législation et les mesures administratives qui limitent les activités économiques des juifs continuent elles aussi après 1879. Les juifs étant réduits à leur dimension légale, celle d’étrangers, les lois et les décisions administratives sont formulées dans la logique du protectionnisme à la fois ethnique et économique (protection de la main d’œuvre nationale, du travail national et de la petite bourgeoisie émergeante). Le commerce, les métiers, la fonction publique, les professions libérales, l’éducation sont de facto réservés quasi-exclusivement aux Roumains. Une telle situation provoque les critiques des gouvernements occidentaux qui à leur tour exacerbent les antisémites et les patriotes roumains.

<32>
La discrimination bureaucratique accompagne le déploiement idéologique de l’antisémitisme qua nationalisme qui, ne pouvant plus empêcher l’émancipation, cherche à tout prix à la freiner. On assiste ainsi à la prolifération des arguments selon lesquels l’antisémitisme reste le noyau dur qui est inclus dans la xénophobie et le nationalisme plus larges. Les préjugés contre les juifs sont identifiés à l’essence de la culture et de la tradition roumaine, tandis que la xénophobie et l’antijudaïsme sont enrichis et légitimés par la créativité conceptuelle des grandes figures influentes de la culture pour lesquelles être Roumain, nationaliste et patriote deviennent synonyme d’être antisémite[41].

<33>
Le trait spécifique de cet antisémitisme nationaliste reste sa persistance à souligner la suprématie des Roumains – chrétiens, attribut identitaire qui va de soi – et de leur roumanité, et non la destruction per se des juifs selon une loi raciale, puisque leur situation peut être traitée par une forte discrimination bureaucratique. En légitimant l’antisémitisme par son incorporation dans le discours sur l’identité nationale, les hommes politiques et l’intelligentsia tolèrent les violences occasionnelles et non-théorisées contre les juifs dans lesquelles les prêtres orthodoxes ont d’ailleurs un rôle de premier plan[42]. Ils savent tous qu’il existe des moyens bureaucratiques pour les exclure et les discriminer.

<34>
La conviction des nationalistes plus modérés est qu’en Roumanie il y a une question économique et sociale qui concerne tous les étrangers, quelle que soit leur religion. Le but d’un tel argument est d’éviter de placer les juifs dans une catégorie spéciale et de les inclure dans la catégorie plus large des étrangers. Mais pour tous les nationalistes roumains, le conflit économique reste essentiellement une question de conservation nationale[43], d’une nation qui est considérée comme insuffisamment consolidée du point de vue politique et identitaire. C’est ce qui leur permet de faire la différence entre le sentiment religieux et la conservation nationale. Ils disent ne pas s’en prendre au Talmud, dans ce sens ils peuvent dire que la tolérance religieuse a toujours existé sur les terres roumaines et que le statut des juifs est un simple enjeu économique et social.

<35>
Les anciens quarante-huitards et libéraux nationalistes, les intellectuels conservateurs et même certains intellectuels (post)romantiques sont tous des progressistes et des adeptes de la sécularisation, mais ils sacralisent la nation[44], dans ce sens ils se disent tous être des modernes. Ils comprennent la religion du peuple roumain le plus souvent comme un attribut ethnique et culturel. Mais lorsque les juifs sont en question, la religion joue un rôle de premier plan: elle devient la différence spécifique. Le judaïsme est vu comme un attribut à la fois ethnique et religieux et l’identité de groupe des juifs est toujours considérée à travers leur religion. Cette intelligentsia est sécularisante lorsqu’elle propose des réformes concrètes pour la modernisation du peuple-ethnie roumain, mais elle puise dans le registre et le vocabulaire chrétiens dès que la définition identitaire par rapport aux juifs est l’enjeu. Cette différence spécifique est formulée d’une manière plus systématique après 1878.

<36>
D’une manière générale, la stratégie idéologique des élites roumaines du XIXe siècle – des libéraux nationalistes aux positivistes plus modérés du cercle intellectuel Junimea [La Jeunesse] et jusqu’aux agrariens conservateurs et nationalistes – est de relier la conception normative de l’»essence« et de la »tradition« nationales au projet de modernisation, en somme, de décliner un discours ethnicisant à la fois sur la politique et sur l’identité nationale[45]. Dans cette logique, il va de soi que les différences essentielles entre les roumains et les étrangers sont ethniques. Mais comme dans l’autodéfinition identitaire, le caractère chrétien de la nation roumaine est implicite, les juifs sont différents par leur différence spécifique qui tient à la fois à leur race, à leur culture et à leur religion.

<37>
L’horizon d’attente après 1878 est soit l’assimilation jusqu’à la disparition de la spécificité juive; soit la séparation comprise comme expulsion ou expatriation. Mais étant donné la différence religieuse irréductible, l’assimilation est en fait impossible et les juifs eux-mêmes ne la veulent pas: indifférents à leurs propres contradictions, les contemporains sont convaincus que la grande majorité des juifs sont récemment arrivés en Roumanie (au milieu du XIXe siècle) ils sont non assimilés, ils sont non assimilables et ils ne veulent pas l’être[46]. La seule manière de conserver »l’idée nationale roumaine« serait de transformer les juifs en de »vrais Roumains« du point de vue culturel, ethnique, religieux et des intérêts, pour défendre »la pureté de la race« et la langue, les traditions et l’autonomie de l’Etat. La conviction sous-jacente est que les juifs veulent toujours nuire aux Roumains, délibérément et avec préméditation.

<38>
La définition identitaire roumaine obsédée par la différence par rapport aux juifs est également nourrie par les ambiguïtés du vocabulaire pour désigner le corps collectif roumain (peuple, nation, neam). Après 1879, le refus de la naturalisation des juifs – même dans le cas d’intellectuels reconnus, nés et éduqués en Roumanie (»nos juifs« autochtones), comme Lazăr Șăineanu, folkloriste et linguiste de la langue roumaine – part de la conviction de l’impossibilité de l’assimilation. Ce refus est fait sur la base du neam, mot qui renvoie à peuple-ethnie dans son unité culturelle, chrétienne et historique[47]. La tergiversation bureaucratique de sa naturalisation a eu un grand écho[48]. Șăineanu est décrit comme différent par sa nature et donc incompatible avec le neam et sa spiritualité, un cheval de Troie pour nuire à la nationalité roumaine. Son érudition en philologie roumaine devient paradoxalement son talon d’Achille: les parlementaires estiment qu’un juif ne peut pas saisir le fond de la langue, la culture et la spiritualité roumaines et donc il ne peut pas »sentir« avec le neam au sein duquel il aspire entrer par la naturalisation. L’affaire Șăineanu met en lumière le fait que sa non appartenance au neam renvoie à une différence spécifique insurmontable, le juif étant de ce fait un élément nocif (moralement) et dangereux (socialement et politiquement) au sein de la nation-ethnie roumaine. La judéité est encore plus subversive dans le cas d’un intellectuel reconnu publiquement, censé être un exemple pour ses contemporains.

<39>
L’expression qui continue de revenir sans cesse depuis 1866 dans les discours de l’intelligentsia et des parlementaires – selon laquelle les juifs risquent de former »un Etat dans l’Etat« ou une »nation dans la nation« – n’illustre pas simplement l’angoisse identitaire collective. Elle fait écho à la conviction que les juifs sont une communauté religieuse qui forme une nation exclusive qui veut subjuguer les Roumains[49]; et que, par conséquent, les juifs sont incapables de s’intégrer dans la communauté homogène des Roumains, puisqu’ils constitueraient des éléments non fiables au sein de la nation autochtone chrétienne.

<40>
Il est vrai, l’orthodoxisme politique est le trait caractéristique des années 1920-1930 lorsque le mot neam englobe à la fois la nation-ethnie chrétienne orthodoxe et la race au sens biologique[50]. A la fin du XIXe siècle, le sens de neam inclut la race comprise comme communauté culturelle nationale et comme identité ethnique des Roumains. C’est le philosophe Vasile Conta (1845-1882) qui est communément considéré comme le créateur de cet antisémitisme idéologique en Roumanie: une nationalité est, d’après lui, une unité de race et de religion qui forment la base de l’existence étatique et de la nation homogène[51]. Cependant, on a souligné d’une manière convaincante que même dans les écrits de Al.C. Cuza et Nicolae C. Paulescu d’avant 1919, les deux théoriciens de l’antisémitisme roumain, la race a un rôle secondaire par rapport à la différence religieuse et ethnique[52].

<41>
Après 1878, l’angoisse de l’intelligentsia sur la dégénérescence et la déperdition de la nation roumaine (comprise surtout comme neam), infligées par les juifs et par les étrangers, prend une nouvelle ampleur dans le discours identitaire. Dès les années 1860, B.P. Hașdeu est l’une des premières voix d’autorité à articuler cette peur. Il professe que le développement économique et national des Roumains ne sera pas possible tant que les étrangers et surtout les juifs ne disparaissent pas de larges secteurs économiques et sociaux qu’ils contrôlent, et il interprète toute l’histoire des Roumains comme une histoire des luttes contre les étrangers[53], selon une grille de lecture ethnicisante. En 1902, dans un article profession de foi, il s’auto-définit comme un antisémite depuis toujours, c’est-à-dire quelqu’un qui accepte les juifs s’ils sont »roumanisables« (»românizabili«) et les élites, mais non les juifs »bigots« ou les émigrés récents qui doivent rester à perpétuité des étrangers[54].

<42>
Pour Mihai Eminescu, poète reconnu qui met ses idées nationalistes conservatrices au service du journalisme militant[55], l’antisémitisme a sa source dans la même logique de préservation ethno-nationale. Son souhait le plus ardent est de sauver la vraie nation exploitée et humiliée par les étrangers et surtout par les juifs, les étrangers de l’intérieur qu’il voit comme les plus nuisibles. Il utilise le vocable juif comme un dénominateur collectif pour une catégorie méprisée et comme le contraire absolu de ce qu’il admire le plus, la roumanité chrétienne.

<43>
Si les libéraux nationalistes des années 1860-1870 parlent au nom du corps collectif national lorsqu’ils décrivent la menace juive comme »dénationalisation «, l’intelligentsia de l’après 1878 parle de la dissolution des structures sociales traditionnelles (»vraies«) dans leur combat contre les juifs. On ne peut qu’être d’accord avec l’affirmation selon laquelle la reformulation – due surtout à B.P. Hasdeu et à M. Eminescu – de la place de l’ethnos dans l’histoire roumaine a été cruciale dans le processus de transformation, voire de destruction du discours politique libéral avec ses racines quarante-huitardes[56]. Autrement dit, l’après 1878 consacre la primauté de la culture et de l’authenticité ethnique dans la compréhension du lien politique, au détriment du social et du politique proprement-dit. La culture est le seul élément qui reste de l’héritage quarante-huitard lorsque le militantisme culturel, social et politique allait de pair[57].

<44>
Le mépris religieux, social et économique de longue durée contre les juifs se retrouve au service de la recherche identitaire obsessive, de la consolidation étatique et de la survie de la nation assaillie à la fois par les juifs et par les grandes puissances européennes. L’impossibilité pour les juifs de s’assimiler aux autochtones, la pureté raciale et les théories conspirationnistes entrent dorénavant dans la réflexion des intellectuels sur la nature des Roumains et sur le monde rural vu comme le dépositaire de la vraie tradition, le fond commun des courants agrariens-conservateurs nationalistes qui apparaissent à la fin du XIXe siècle (et qui s’épanouissent dans des mouvements d’extrême droite après la Grande Guerre[58]).

<45>
Le mouvement culturel autour de la revue Sămănătorul [Le Semeur] (fondée en 1901) est le plus dynamique. C’est Nicolae Iorga son grand animateur et qui formule sa doctrine[59]. Il fonde la revue nationaliste la plus longévive[60], Neamul Românesc, en 1906, qui sympathise avec la Revue de l’Action Française. Son ami Al.C. Cuza est l’un de ses premiers collaborateurs. Ils créent ensemble le Parti nationaliste-démocrate en 1910, après leur première collaboration pour constituer l’Alliance antisémite universelle en 1895. Le parti continue les idées formulées autour de Sămănătorul, il cultive la xénophobie et l’exaltation de la nation roumaine chrétienne et de ses paysans, et il est ouvertement antisémite[61]. Il s’adresse surtout aux intellectuels, à la jeunesse étudiante et à la petite bourgeoisie, dont notamment les instituteurs et les prêtres des villages, et il défend le droit de vote universel masculin. Cuza et Iorga sont tous les deux professeurs à l’université et ils utilisent leur chaire pour propager leurs idées, tout en étant également des publicistes très actifs et députés.

<46>
Iorga et Cuza vont le plus loin dans la réflexion sur le neam et son opposition insurmontable aux juifs. Ils définissent l’Etat national comme propriété de la race-ethnie roumaine. Comme l’Etat appartient organiquement au neam roumain, il ne peut représenter que le neam, et non les juifs. C’est une vision à la fois organique et patrimoniale sur l’Etat national créé par les Roumains et en rapport exclusif avec les Roumains qui doivent seuls posséder leur Etat et leur territoire[62]. Dans une telle logique, l’intégration et même l’assimilation des juifs sont impossibles. La seule solution est de les isoler de tous les secteurs de la société.

<47>
On voit que le déploiement des arguments antisémites après 1878 relègue à un niveau modéré l’argumentaire des libéraux de 1866 lorsqu’ils exprimaient leur protectionnisme économique et leur xénophobie pour affirmer les capacités régaliennes de l’Etat. Le nationalisme officiel intègre désormais l’antisémitisme. Il permet aux élites de présenter leur vision sur la cohésion et sur l’identité nationales chrétienne. Lorsque N. Iorga ou le mouvement Sămănătorul prêchent la xénophobie, l’antisémitisme et l’idéalisation du passé, sous la bannière de la renaissance morale, pour répondre aux malaises sociaux, les politiques sociales ou économiques concrètes sont reléguées au second plan, voire ignorées. Par ailleurs, 1866 à 1919 il est impossible de faire carrière et mobilisation politique par un programme exclusivement antisémite, puisque l’antisémitisme est implicite dans les politiques de deux grands partis, Libéral et Conservateur[63].

<48>
Lorsque les progressistes essaient d’expliquer les tensions entre les juifs et les Roumains, ils reprennent les idées principales des libéraux d’avant 1878 dans leur lutte contre le vagabondage. Ils essaient en vain de séparer l’antisémitisme (qu’ils définissent comme le mépris directe et religieux contre les juifs) et le nationalisme (dont les caractéristiques seraient le protectionnisme économique et la xénophobie), à une époque où les nationalistes antisémites roumains sont déjà familiers des idées de Drumont. Ce discours progressiste reste marginal et il joue sur l’antisémitisme économique et social (et donc il se présente comme non religieux). C’est le cas du courant agrarien progressiste autour de la revue Viata Românească [La Vie Roumaine], fondé en 1906 par Constantin Stere[64]. La revue salue la baisse de la population juive »parasite« par l’émigration et la baisse de la natalité, comme résultat de la bonne »politique d’autodéfense économique« menée par le gouvernement dirigé par les libéraux de 1879 à 1888, pour éviter »l’invasion économique«[65].

<49>
George Panu[66] fait lui aussi figure de modéré et il se présente comme un antisémite »sage« lorsqu’il accuse les »vrais« antisémites roumains d’être non scientifiques, fanatiques et esclaves des superstitions et de la haine. Panu reprend la distinction entre les juifs autochtones et les juifs immigrés récemment, mais il défend leur naturalisation individuelle. Il fait figure de progressiste lorsqu’il recommande l’assimilation des juifs (surtout par l’éducation). Ils participeraient ainsi à la communauté d’intérêts généraux de tous les citoyens. La question juive est, d’après lui, de nature simplement économique, et non religieuse et politique: l’Etat devrait soutenir la bourgeoisie nationale et lutter contre la pauvreté par de vraies mesures économiques et sociales protectionnistes. A la différence des »vrais« antisémites qui expliquent l’exploitation économique par la différence religieuse des juifs par rapport aux Roumains chrétiens, Panu et Stere disent que l’exploitation des paysans est faite par tous les étrangers, quelle que soit leur religion, et même par des Roumains riches. La conclusion de Panu et de Stere est que le problème de la Roumanie est un problème économique et social et que les juifs ne sont pas le vrai enjeu. Alors que pour tous les nationalistes antisémites – comme Eminescu, Iorga ou A.C. Cuza –, cette conclusion fonctionne à l’inverse: les juifs et les étrangers sont les causes des problèmes de la nation roumaine chrétienne. Il n’est donc pas du tout étonnant que Stere et Panu soient la cible de prédilection de N. Iorga et de A.C. Cuza. Eu suivant la logique du complot total, ces derniers crient haut et fort que Stere et Panu sont vendus aux juifs et ils accusent toute la classe politique »traîtresse« d’être vendue aux juifs (»politicianismul trădător«).

<50>
Dans l’argumentaire de l’antisémitisme de l’après 1878 le complot permanent contre la nation roumaine de l’Alliance israélite universelle et des juifs est dénoncé d’une manière quasi-unanime. Sont dénoncés les hommes politiques et les banquiers au service de l’Alliance qui agiraient sans cesse contre les intérêts de la Roumanie, à l’intérieur comme à l’extérieur du pays. La conviction que les Roumains sont des victimes des étrangers malveillants n’est pas du tout nouvelle. La nouveauté réside dans le caractère systématique de ces accusations, on assiste à la formulation d’une vraie théorie du complot dont le contenu est le même pour toute l’intelligentsia et la classe politique: les gouvernements occidentaux et la presse européenne seraient acquis aux intérêts et au lobby juifs, surtout de l’Alliance, cette minorité active; il est donc nécessaire que les peuples chrétiens se solidarisent devant la menace juive. La différence est de degré, non de nature. Avant 1878 on accusait déjà explicitement cette Alliance pour expliquer les malheurs de la nation roumaine sur la scène internationale et pour dénoncer que l’accusation de persécution religieuse était l’invention de la malveillante Alliance qui ignorait sciemment l’histoire de la tolérance religieuse séculaire des Roumains.

<51>
La xénophobie de nature économique et sociale continue d’avoir pour cible les juifs surtout dans les cercles progressistes. En général, il convient de démystifier la dimension simplement économique de l’antisémitisme roumain: l’antisémitisme économique n’en est pas moins de l’antisémitisme[67]. Enlever ce niveau de l’interprétation s’avère nécessaire pour mieux saisir la dimension consensuelle de l’antisémitisme roumain et sa nature avant la Grande Guerre. L’intelligentsia et la classe politique sont convaincues que les juifs sont inassimilables aux Roumains à cause des différences religieuses, culturelles et ethniques. La définition des juifs est une conséquence de la manière dont les élites roumaines voient leur communauté nationale, comme unité ethno-raciale-culturelle chrétienne. La nature consensuelle de l’antisémitisme est également la conséquence de l’autodéfinition identitaire.

<52>
Plus l’Etat roumain est faible dans sa capacité distributive des ressources et de la justice sociale et dans ses capacités régaliennes, plus grande est l’obsession au sujet de la formulation d’une identité nationale solide. Les hommes politiques et l’intelligentsia veulent construire très rapidement à la fois l’Etat et une nation roumaine homogène, et les juifs (et les autres étrangers) sont là pour montrer que ni l’Etat, ni la nation homogène ne sont encore prêts. En dépit des quelques voix qui se veulent modérées, le ressentiment contre les juifs fait partie d’une manière quasi-organique de l’idéologie nationale qui se veut unifiante et dominante. L’échec des élites roumaines et de l’Etat est d’avoir fait le choix, selon l’expression d’Eugen Weber, pour des mesures nationalistes comme solution aux problèmes de nature sociale[68] et d’avoir raté l’apprentissage de la démocratie pendant la seconde moitié du XIXe siècle[69]. L’absence d’une vraie réflexion sociale et le clivage profond entre les élites et la grande majorité paysanne de la population sont des éléments explicatifs importants pour la domination du nationalisme conservateur et traditionnaliste de l’après 1919, seul force capable de mobilisation populaire[70]. L’antisémitisme qua nationalisme de la classe politique et de l’intelligentsia reflète également leur vision sur l’Etat et il a rôle intégrateur comme instrument pour gouverner de 1866 à 1919.

 

[1] Les Principautés roumaines, sous suzeraineté ottomane, sont placées sous le protectorat de la Russie à partir de 1829 et sous la protection collective des grandes puissances à partir de 1856 jusqu’à l’obtention de la souveraineté après le Congrès de Berlin de 1878. Les textes constitutionnels antérieurs ont été imposés par les grandes puissances.

[2] Le Congrès de Berlin met fin à la guerre de la Russie contre l’Empire ottoman. La Roumanie participe à la guerre aux côtés des Russes et en mai 1877, la Chambre vote l’indépendance. Sa participation aux négociations n’est pas acceptée. Son indépendance est reconnue, mais elle est conditionnée par la révision de l’article 7 de la Constitution.

[3] Pour le discours xénophobe et antijuif d’avant 1866, Dinu Bălan, Naţional, naţionalism, xenofobie şi antisemitism în societatea românească modernă (1831–1866), Iaşi 2006.

[4] Andrei Oişteanu, Imaginea evreului în cultura română. Studiu de imagologie în context est–central european, 2e éd., Bucarest 2004.

[5] »La qualité de Roumain s’acquiert, se conserve et se perd d’après les règles déterminées par les lois civiles. Les étrangers de rites chrétiens peuvent seuls obtenir la naturalisation«.

[6] Edda Binder–Iijima, Die Institutionalisierung der rumaenischen Monarchie unter Carol I. 1866–1881, München 2003, p. 68.

[7] Les débats sont interrompus par la foule rassemblée devant les portes de la Constituante protestant contre l’admission des juifs à l’égalité politique, comme le prévoyait le projet de constitution. Le gouvernement retire la version initiale. Néanmoins, la foule se dirige vers la synagogue de Bucarest qui est détruite.

[8] Leon Volovici, Nationalist ideology and anti–Semitism: the case of Romanian intellectuals in the 1930s, Oxford 1991, p. 6.

[9] Les juifs de l’immigration récente sont la plupart des sujets russes. Ils sont vus comme des instruments de l’intervention de ces Etats protecteurs dans les affaires de l’Etat roumain.

[10] C’est notamment le cas de la Russie et de l’Autriche–Hongrie.

[11] Steven Englund, De l’antijudaïsme à l’antisémitisme, et à rebours, dans: Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2014/4 (69e année), p. 922.

[12] Par exemple, Arhivele Naţionale ale României, Fond Ministerul de Interne, Diviziunea administratiei centrale (inv. 2601, 1859–1867), dossier 394/1867, fol. 2–8, 12, 30, 35, 57–58, 82, 76–78, 104, 108; Id. (inv. 2602, 1868–1879), dossier 33/1869; Id., dossier 64/1869, fol. 4, 7bis–8, 96; Id., dossier 65/1870; Id., dossier 105/1871; Id., dossier 115/1871; Id. (inv. 324), dossier 1171/1895.

[13] Par conséquent, surtout de 1866 à 1878 se produit un processus de concentration urbaine des juifs à cause de leur expulsion des milieux ruraux, ce qui accentue la paupérisation de larges segments de la population juive. Un résumé synthétique des clivages économiques et de la situation des juifs et autres étrangers comme intermédiaires entre les paysans et les grands propriétaires par Leon Volovici, Nationalist ideology (voir n. 8), p. 4–9, 16–17. Voir aussi Iulia Onac, The Brusturoasa uprising in Romania, dans: Robert Nemes, Daniel Unowsky (dir.), Sites of European Antisemitism in the Age of Mass Politics, 1880–1918, Brandeis 2014, p. 79–93.

[14] Mon analyse de la dimension moderne de l’hostilité contre les juifs de 1866 à 1869 dans les débats parlementaires, dans Designing Citizenship. The »Jewish Question« in the Debates of the Romanian Parliament (1866–1869), dans: Quest. Issues in Contemporary Jewish History. Journal of Fondazione CDEC, 3 (Juillet 2012) url: www.quest–cdecjournal.it/focus.php?id=292 .

[15] Le maximum atteint est de 10% en Moldavie où dans certaines villes et villages la population juive devient majoritaire. Pour les chiffres, Carol Iancu, Evreii din România (1866–1919). De la excludere la emancipare, Bucarest 1996 (éd. fr. 1979), p. 49, 161–164; Alexandru–Florin Platon, Geneza burgheziei în Principatele Române (a doua jumătate a secolului al XVIII–lea – prima jumătate a secolului al XIX–lea). Preliminariile unei istorii, Iaşi 1997, p. 314–317; Lloyd A. Cohen, The Jewish question during the period of the Romanian national renaissance and the unification of the two Principalities of Moldavia and Wallachia, 1848–1866, dans: Stephen Fischer–Galati, Radu F. Florescu, George R. Ursul (dir.), Romania Between East and West. Historical Essays in Memory of Constantin C. Giurescu, Boulder, New York 1982, p. 198.

[16] John D. Klier, Shlomo Lambroza (dir.), Anti–Jewish violence in modern Russian history, Cambridge 1992, p. 3–12; Todd M. Endelman, The Jews of Britain, 1656 to 2000, Berkeley et Los Angeles 2002, p. 129.

[17] Se reporter, par exemple, aux arguments de Gh. Brătianu, Monitorul Oficial n°281 du 21 décembre 1869/2 janvier 1870, séance du 16 décembre 1869, p. 1301; I. Codrescu, A. Georgiu, Monitorul Oficial n°75 du 30 mars/11 avril 1868, séance du 24 mars 1868, p. 498; Monitorul Oficial n°76 du 31 mars/12 avril 1868, séance du 24 mars 1868, p. 504; Monitorul Oficial n°281 du 21 décembre 1869/2 janvier 1870, séance du 16 décembre 1869, p. 1298–1300.

[18] Et les autres étrangers chrétiens seulement par le processus compliqué de naturalisation individuelle.

[19] Dans le sens de Nancy L. Rosenblum, On the Side of the Angels: An Appreciation of Parties and Partisanship, Princeton 2008.

[20] Contrairement à la compréhension de la citoyenneté américaine, Frederic Cople Jaher, The Jews and the Nation: Revolution, Emancipation, State Formation, and the Liberal Paradigm in America and France, Princeton 2003.

[21] Le conservateur le plus connu dans le parlement pour ses arguments en faveur des juifs est Petre P. Carp; ses discours dans C. Gane, P.P. Carp și locul său în istoria politică a țării (vol. I), Bucarest 1936.

[22] Rogers Brubaker, Citoyenneté et nationalité en France et en Allemagne, Paris 1997, p. 209–211.

[23] Constantin Iordachi, The Unyielding Boundaries of Citizenship: The Emancipation of »Non–Citizens« in Romania, 1866–1918, dans: Revue Européenne d’Histoire 8/2 (2001), p. 157–86.

[24] Pieter M. Judson, Exclusive Revolutionaries. Liberal Politics, Social Experience, and National Identity in the Austrian Empire, 1848–1914, Ann Arbor 1996, p. 69–115.

[25] »Ibid., p. 97«.

[26] Steven Englund, De l’antijudaïsme à l’antisémitisme (voir n. 11).

[27] Carol Iancu, Evreii din România (voir n. 15), p. 151; Leon Volovici, Nationalist ideology (voir n. 8), p. 1–39.

[28] En suivant S. Englund, on se limite à souligner que le mot, avant 1914, a un sens historiquement contingent, c’est–à–dire tel qu’imposé par son créateur, Wilhelm Marr en 1879.

[29] Steven Englund démontre d’une manière convaincante qu’avant 1914, l’antisémitisme ne peut pas exister sans l’antijudaïsme, en dépit des affirmations des premiers utilisateurs (allemands, autrichiens et partiellement français) du terme pendant les années 1880 sur son caractère moderne, libéré du préjugé lié à la religion et strictement politique: cet antisémitisme procède en fait d’un imaginaire social large avec ses fondements chrétiens et d’une mentalité sous–politique, Steven Englund, De l’antijudaïsme à l’antisémitisme (voir n. 11), p. 921.

[30] Andrei Oisteanu, Imaginea evreului (voir n. 4) a démontré la circulation des mêmes stéréotypes antijuifs dans l’imaginaire populaire et dans le discours des intellectuels.

[31] William O. Oldson, A Providential Anti–Semitism. Nationalism and Polity in Nineteenth Century Romania, Philadelphia 1991.

[32] Pour les détails du différend diplomatique, »Ibid., p. 20–44, 73–96«.

[33] Voir aussi les arguments de Constantin Iordachi, The Unyielding Boundaries (voir n. 23), p. 170.

[34] Je paraphrase Dik van Arkel, The Drawing of the Mark of Cain: A Socio–historical Analysis of the Growth of Anti–Jewish Stereotypes, Amsterdam 2009, p. 187–188. Je remercie S. Englund pour cette référence.

[35] William O. Oldson, A Providential Anti–Semitism (voir n. 32); Dietmar Müller, Staatsbürger auf Wiederruf. Juden und Muslime als Alteritätspartner im rumänischen und serbischen Nationscode. Ethnonationale Staatsbürgerschaftskonzepte 1878–1941, Wiesbaden 2005; Constantin Iordachi, The Unyielding Boundaries (voir n. 23).

[36] Les éléments du débat dans William O. Oldson, A Providential Anti–Semitism (voir n. 32), p. 51–73 et dans Iulia Onac, Romanian Parliamentary Debate on the Decisions of the Congress of Berlin in the Years around 1878–1879, dans: Quest. Issues in Contemporary Jewish History. Journal of Fondazione CDEC, 3 (Juillet 2012) url: www.quest–cdecjournal.it/focus.php?id=295

[37] La demande de naturalisation individuelle doit être votée dans les deux chambres, des preuves sont requises pour démontrer la présence active sur le territoire pendant une période 10 ans, alors que la dispense de ce stage est difficile à obtenir.

[38] Les chiffres disponibles sont fluctuants: 529 nouveaux citoyens juifs à la veille de la Première guerre mondiale, William O. Oldson, A Providential Anti–Semitism (voir n. 32), p. 152; 4668 naturalisations jusqu’en 1913, Victor Neumann, Repere culturale ale antisemitismului din România în secolul al XIX–lea, dans: Institutul de teorie socială al Academiei Române, Ideea care ucide. Dimensiunile ideologiei legionare, Bucarest 1994, p. 42. Selon un contemporain: 1867–1879 – 462 demandes de naturalisation, 277 admises; 1879–1902 – 5981 demandes, 2381 admises et 871 naturalisations en 1879, N. Basilescu, Studii sociale. Evreii în România (Extrase din ziarul »Cronica«), Bucarest 1903, p. 176–177.

[39] Keith Hitchins, România. 1866-1947, Bucarest 1996, p. 185.

[40] Liviu Rotman, Tradiție și europeanism în lumea iudeo–română la răspântia secolelor XIX și XX, dans: Carol Iancu (dir.), Permanențe și rupturi în istoria evreilor din România (secolele XIX–XX), Bucarest 2006, p. 125–132.

[41] William O. Oldson, A Providential Anti–Semitism (voir n. 32), p. 99; Dietmar Müller, Staatsbürger auf Wiederruf (voir n. 36), p. 30–105, 145–175, 211–408, 454–476.

[42] Iulia Onac, The Brusturoasa uprising (voir n. 13), p. 79–93; Carol Iancu, Evreii din Hârlău. Istoria unei comunități, Iași 2013.

[43] Leon Volovici fait cette remarque pour M. Eminescu, Leon Volovici, Nationalist ideology (voir n. 8), p. 12.

[44] Balász Trencsényi, History and Character: Visions of National Peculiarity in the Romanian Political Discourse of the 19th Century, dans: Diana Mishkova, We, the People. Politics of National Peculiarity in Southeastern Europe, Budapest 2009, p. 139–178 (http://books.openedition.org/ceup/883 ), § 69.

[45] »Ibid«.

[46] Un seul exemple, parmi tant d’autres, N. Basilescu, Studii sociale (voir n. 39), p. 145–146.

[47] »Un étranger par rapport à l’essence de notre peuple–ethnie« (»un străin de ființa neamului nostru«) est une expression qui apparaît souvent à l’époque.

[48] Luca Vornea, Lazăr Șăineanu. Schiță biografică urmată de o bibliografie critică, Bucarest 1928; George Voicu, Radiografia unei expatrieri: cazul Lazăr Șăineanu, 1(3) (2008) (Caietele Institutului Național pentru Studierea Holocaustului din România »Elie Wiesel«).

[49] Voir aussi Armin Heinen, Legiunea »Arhanghelul Mihail«. Mișcare socială și organizație politică. O contribuție la problema fascismului internațional, 2e éd., Bucarest 2006 [1986], p. 68–69.

[50] Ces aspects ont bénéficié d’amples études: Leon Volovici, Nationalist ideology (voir n. 8), p. 45–180; Mihai Chioveanu, Sacralizing the Nation. The Political Messianism of the Legion “Archangel Michael”, dans: Traian Sandu (dir.), Vers un Profil Convergent des Fascismes? »Nouveau consensus » et religion politique en Europe centrale, Paris 2010, p. 83–94; Mihai Chioveanu, Political culture and ideology in Interwar Romania, dans: Alexandru Zub, Adrian Cioflâncă (dir.), Political Culture and Cultural Politics in Modern Romania, Iasi 2005, p. 195–210; Constantin Iordachi, Charisma, Politics and Violence: The Legion of the »Archangel Michael« in Inter–war Romania, Trondheim 2004 (Trondheim Studies on East European Cultures & Societies).

[51] Leon Volovici, Nationalist ideology (voir n. 8), p. 14–15; Balász Trencsényi, History and Character (voir n. 45), § 42.

[52] Armin Heinen, Legiunea (voir n. 50), p. 59–86. Cuza et Paulescu développeront la dimension religieuse de leur antisémitisme surtout dans les années 1920, Leon Volovici, Nationalist ideology (voir n. 8), p. 22–30.

[53] Bogdan Petriceicu Hasdeu, Opere. IV. Publicistica politică. 1858–1904, Bucarest 2007, p. 210–242, 1438–1444.

[54] »Ibid., p. 1574–1580«.

[55] Au profit du Parti conservateur. Comme journaliste, Eminescu (1850–1889) a été plus populaire pendant sa postériorité immédiate que pendant sa vie.

[56] Balász Trencsényi, History and Character (voir n. 45), § 46. Avec des répercussions sur la tension insurmontable entre la démocratie et le nationalisme pendant les années 1920–1930.

[57] C’est ce que suggère Victor Neumann, Istoria evreilor din România. Studii documentare și teoretice, Timișoara 1996, p. 161–168.

[58] Sur le rôle des idées de B.P. Hasdeu, M. Eminescu, N. Iorga et Al.C. Cuza dans le développement de l’extrême droite roumaine de l’après 1919, Armin Heinen, Legiunea (voir n. 50), p. 87–116; Eugen Weber, România, dans: Hans Rogger, Eugen Weber (dir.), Dreapta europeană. Profil istoric, Bucarest 1995, p. 390; L. Volovici, Nationalist ideology (voir n. 8), p. 41–60.

[59] Zigu Ornea, Sămănătorismul, 3e éd., Bucarest 1998 [1970]. Pour l’activité de Iorga, voir ses mémoires O viață de om. Așa cum a fost, Bucarest 1934 (vol. II), p. 120–140.

[60] Publiée jusqu’en 1940.

[61] Pour le programme du parti et pour l’activité politique de Iorga, Radu Ioanid, Nicolae Iorga and Fascism, dans: Journal of Contemporary History, vol. 27/3 (1992), p. 467–492.

[62] Voir notamment Nicolae Iorga, Problema evreiască la Cameră. O interpelare, cu o introducere de A.C. Cuza și note despre vechimea evreilor în țară, Vălenii de Munte 1910.

[63] Leon Volovici, Nationalist ideology (voir n. 8), p. 18.

[64] »Ibid., p. 35–39«.

[65] Viata Românească. Revistă literară și științifică, 6, vol. 21, nr. 10, octobre 1911, p. 92–95.

[66] George Panu, Chestiuni politice, Bucarest 1893. Panu (1848–1910), assez inclassable, est passé du camp libéral à sa critique sous la bannière du radicalisme et du progressisme, il défend le vote universel et des idées républicaines.

[67] Lucian Boia fait cette remarque à propos de M. Eminescu, pour montrer justement que les éventuels dérapages antisémites des grandes figures de l’intelligentsia seraient marginaux par rapport à l’importance de leurs œuvres, Mihai Eminescu, românul absolut. Facerea și desfacerea unui mit, Bucarest 2015, p. 131.

[68] Eugen Weber, România (voir n. 59), p. 391.

[69] Raluca Alexandrescu, Difficiles modernités. Rythmes et régimes conceptuels de la démocratie dans la pensée politique roumaine au XIXe siècle, Bucarest 2015, p. 221–307.

[70] Eugen Weber, România (voir n. 59).

Cite as: “Silvia Marton, De la construction de l’Etat au racisme: judéophobie et antisémitisme en Roumanie avant la Grande Guerre – Open Peer Review, 13.12.2016, https://antisem19c.hypotheses.org/642.”

88x31

This work is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 4.0 International License.


You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *