« L’influence de l’antisémitisme européen sur le monde intellectuel ottoman dans les années 1880s et 1890s : le cas de la Nation israélite d’Ebüzziya Tevfik », Résumé de Özgür Türesay

L’évolution de la question juive et la montée de l’antisémitisme en Europe et plus particulièrement en France ainsi que les arguments socio-économiques de l’antisémitisme moderne avaient eu un certain impact dans le monde ottoman. Dans la décennie 1890, l’élite impériale et particulièrement les hommes d’État ottomans étaient fiers de l’absence de l’antisémitisme dans leur pays et développaient un discours sur la tolérance ottomane envers les Juifs. En d’autres termes, subissant le discours orientaliste  et orientalisant de l’Occident sur plusieurs plans, notamment celui de la condition féminine dans les sociétés musulmanes ou encore le régime juridique inégalitaire à l’égard des communautés non musulmanes dans les États musulmans, ils s’évertuaient à trouver dans l’absence de l’antisémitisme dans leur pays un argument de supériorité des Ottomans en terme d’humanisme par rapport aux sociétés chrétiennes.

Or, en 1888, c’est-à-dire deux ans après la publication de La France juive d’Édouard Drumont -un tournant non pas seulement dans l’histoire de l’antisémitisme européen mais aussi dans l’histoire de l’édition en Europe puisqu’il s’agit d’un des premiers bestsellers de l’époque-, un livre en turc ottoman intitulé Millet-i isrâiliye (La Nation israélite) paraît dans une collection de livre de poche qui vient d’être lancée en 1886. Cette collection qui est devenue un grand succès éditorial est dirigée par Ebüzziya Tevfik (1849-1913), célèbre écrivain, journaliste mais aussi imprimeur-éditeur du dernier quart du XIXe siècle. Ce livre montre quelle est l’influence de l’antisémitisme européen, principalement français, sur l’élite intellectuelle ottomane qui se vantait ouvertement d’être démunie du fléau d’antisémitisme.

 

ozgur_turesayÖzgür Türesay is an associate professor at the Galatasaray University in Istanbul, Political Science Department. His work focuses mainly on the nineteenth century Ottoman Empire, while broadly “political” in character, his particular interests include printing and publishing in Ottoman Turkish, intellectual history of the late Ottoman Empire, Ottoman and Turkish Anti-Semitism, conspiracy theories in the Young Turk period, friendship in the Ottoman society, Non-Muslims in the late Ottoman Empire and the Republican Turkey. He is currently working on the spiritism in the Ottoman Empire between the 1860s and the 1910s.

 

For the symposium’s program see here.

Hashtag on Twitter: #antisem19c


dhiparis

Teamaccount der Redaktion. Forschen – Vermitteln – Qualifizieren: Das DHI Paris ist ein zentraler Akteur international ausgerichteter historischer Forschung im Verbund der Max Weber Stiftung, Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland.

You may also like...

2 Responses